Sujets de recherche proposés : 2020-2021

Titre : Etude des mouvements oculaires comme marqueurs de la maladie de Parkinson

Co-Encadrantes :

- Louise Kauffmann, Maitre de conférences, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC), Université Grenoble Alpes

- Nathalie Guyader, Maitre de conférences, GIPSA-Lab, Université Grenoble Alpes

- Carole Peyrin, Directrice de recherche CNRS, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC), Université Grenoble Alpes

Résumé du sujet : La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative qui se caractérise par la destruction progressive des neurones dopaminergiques de la substance noire du cerveau, dont la principale conséquence est l’apparition de troubles du mouvement. Des travaux récents suggèrent que la maladie entraine également de façon précoce un dysfonctionnement au sein d’une structure visuelle sous-corticale, le colliculus supérieur. Cette structure est connue pour jouer un rôle clé dans la programmation et l’exécution des mouvements oculaires, mais aussi dans le traitement des stimuli visuels. Un dysfonctionnement de cette région est donc susceptible d’impacter les activités oculomotrices, ainsi que le traitement visuel de stimuli dans la maladie de Parkinson.

L’objectif de ce stage de recherche est donc d’évaluer dans quelle mesure les mouvements oculaires sont susceptibles de dysfonctionner dans la maladie de Parkinson et ainsi de constituer des marqueurs de cette maladie. Pour cela, l’étudiant(e) devra mesurer les mouvements oculaires de patients parkinsoniens, ainsi que ceux de participants contrôles appariés en âgé, lors de différentes tâches oculomotrices (e.g., exploration de scènes, tâche de détection d’une image cible parmi deux images via une saccade oculaire…) et les analyser afin de caractériser les déficits oculomoteurs et/ou perceptifs dans la maladie de Parkinson.

Travail à réaliser par l’étudiant(e)

- Recrutement des patients et participants sains en collaboration avec le CHU de Grenoble

- Acquisition des données oculométriques auprès des patients parkinsoniens et participants sains

- Analyses des données acquises

- Travail bibliographique

- Rédaction du mémoire de stage

Observations

- Cette étude a reçu les autorisations éthiques nécessaires pour débuter (avis favorable du Comité de Protection des Personnes).

- Ce sujet de recherche se situe dans le cadre d’un projet plus large (Projet « EyeCoG ») visant à identifier les marqueurs oculomoteurs du fonctionnement cognitif et cérébral sur la base de l’enregistrement des mouvements oculaires auprès d’un grand nombre d’individus sains. Si l’évolution des mesures sanitaires (en lien avec le COVID-19) ne permettait pas de réaliser des études chez les patients pendant la durée du stage, il pourra être proposé à l’étudiant(e) de travailler auprès de participants sains seulement.

Lieux du stage

- GIPSA-Lab

- Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC)

- CHU Grenoble Alpes

Contacts

Louise Kauffmann (louise.kauffmann@univ-grenoble-alpes.fr)

Nathalie Guyader (nathalie.guyader@grenoble-inp.fr)

Carole Peyrin (carole.peyrin@univ-grenoble-alpes.fr)

Merci de nous faire parvenir un CV, un relevé de notes de licence, ainsi qu’une lettre/mail de motivation.

=====================================

Titre: Etude de l’utilisation de l’imagerie mentale dans la métacognition sémantique.

Superviseur : Céline Souchay

Tutrice : Méline Devaluez

La métacognition renvoie aux connaissances et au contrôle que les individus possèdent sur leur propre fonctionnement cognitif (Flavell, 1971). La métacognition peut être étudiée en demandant aux participants d’émettre des prédictions sur leurs performances mnésiques futures ou d’évaluer rétrospectivement leurs performances, à travers des jugements donné sur une échelle. De nombreuses études ont porté sur l’évaluation de la capacité des personnes à évaluer leurs propres réponses à des questions de culture générale. Pour ce faire, les jugements émis par les participants sont comparés à leur performance réelle. Ces études montrent que, de manière générale, les personnes sont plutôt précises pour évaluer leurs performances mnésiques.

Plusieurs indices et processus permettent aux individus de prédire de façon précise leurs performances mnésiques. Ces indices diffèrent selon le type de matériel mnésique testé, et donc selon que la tâche de mémoire teste la mémoire épisodique (i.e., mémoire des évènements vécus dans un contexte spatio-temporel précis, capacité à refaire l’expérience d’un évènement du passé) ou sémantique (i.e., connaissances générales sur le monde, mémoire des concepts,…). Ce projet permettra de contribuer à la compréhension des processus qui influencent les jugements métacognitifs sur une tâche de mémoire sémantique.

Les jugements métacognitifs rétrospectifs (i.e., émis après la réponse) sont influencés par la force de la trace mnésique en mémoire. Certaines études ont mis en avant un avantage de l’imagerie mentale sur la trace mnésique. Par exemple, lors de l’apprentissage d’une liste de mots, la création d’une image mentale de ces mots permet d’améliorer leur rappel futur. Ceci constitue un exemple de l’utilisation de l’imagerie mentale dans une tâche de mémoire épisodique, mais qu’en est-il en mémoire sémantique ?

Est-ce que l’utilisation de l’imagerie mentale peut être un facteur influençant la conscience que les personnes ont de l’exactitude de leur souvenir ?

Ce projet a pour but d’évaluer l’influence de l’imagerie mentale sur les jugements métacognitifs sur une tâche de mémoire sémantique. Une hypothèse est que le recours à l’imagerie mentale pour répondre à des questions faisant appel à la mémoire sémantique guiderait les jugements métacognitifs portant sur la réponse à ces questions. Nous supposons que les personnes émettront des jugements plus élevés pour les questions reposant sur l’imagerie mentale par rapport à des questions plus conceptuelles. Ce TER permettra également d’évaluer si les personnes sont plus précises pour évaluer leur performance lorsqu’elles peuvent se baser sur l’imagerie mentale.

Pour répondre à ces questions et vérifier ces hypothèses, l’étude consistera à demander aux participants de répondre à des questions de culture générale et à juger rétrospectivement l’exactitude de leurs réponses. Les questions reposeront sur la création d’une image mentale ou plutôt sur des informations conceptuelles (i.e., faisant relativement moins appel à l’imagerie). Cette étude pourra être réalisée en ligne, afin de pouvoir répondre aux possibles contraintes d’utilisation des box expérimentaux liées à la situation sanitaire.

============

Titre : Liens entre production du langage et la mémoire épisodique par combinaison des données en neuroimagerie fonctionnelle (IRMf et Stereo-EEG)

Encadrantes : Monica BACIU (PU, UGA LPNC) & Marcela PERRONE-BERTOLOTTI (MCU, UGA LPNC)

Résumé : Ce projet de recherche a pour objectif d’évaluer un protocole de cartographie fonctionnelle de la production du langage et de la mémoire épisodique avec deux méthodes de neuroimagerie fonctionnelle afin d’évaluer les interactions entre ces deux fonctionnes cognitives. Ce protocole original, mis en place par notre laboratoire (appelé GE2REC), permet la cartographie conjointe de ces deux fonctions cognitives et a été proposé dans le contexte clinique du bilan pré-chirurgical des patients souffrant d’une épilepsie pharmaco-résistante. En effet, les patients souffrent d’épilepsie pharmaco-résistante ont comme seule alternative thérapeutique pour arrêter leurs crises d’épilepsie, la chirurgie, permettant l’ablation de la zone épileptogène. Le bilan pré-chirurgical est réalisé en plusieurs étapes, et une d’entre elles est la cartographie des régions fonctionnelles qui devront être épargnées par l’ablation chirurgicale. Cette cartographie est réalisée, pour chaque patient, avec différentes méthodes, telles que l’IRM fonctionnelle (IRMf) et la Stéréo-encéphalographie (SEEG). Nous testerons chez ces patients le protocole GE2REC avec les deux méthodes mentionnées, nous permettant d’obtenir des informations concernant les réseaux neuraux impliqués et le décours temporel de cette activité.

Travail à réaliser par l’étudiant :

· Travail bibliographique

· Analyses des données acquises en IRMf et SEEG (ont été acquises ou seront acquises par d’autres personnes impliquées dans le projet)

· Interprétation des résultats

· Rédaction du mémoire de stage

Lieu de stage : Laboratoire de Psychologie et Neurocognition, LPNC UMR CNRS 5105 Grenoble

Contact :

marcela.perrone-bertolotti@univ-grenoble-alpes.fr

monica.baciu@univ-grenoble-alpes.fr

===============================

Titre : Stimulation cognitive d’un public âgé

Lors du vieillissement, les performances cognitives changent : diminution de la vitesse de traitement liée à l'âge, déficit d'inhibition, utilisation potentielle de mauvaises stratégies, mémoire de travail saturée. Une large littérature explore l’intérêt de proposer des entraînements cognitifs (en individuel sur tablette) et de la stimulation cognitive (en groupe) pour ralentir ces changements et maintenir les fonctions cognitives à leur meilleur. Ce projet propose de tester les effets de 2 types d’intervention sur les performances cognitives de personnes en bonne santé. Une première intervention est entièrement digitale et sollicite presqu’exclusivement la mémoire de travail. Une seconde intervention se fait en groupe, animé par une animatrice, et sollicite plusieurs fonctions cognitives, dont la mémoire de travail. Ces 2 interventions se différencient essentiellement sur leur contexte social (seul / en groupe), l’apprentissage de stratégie (sans enseignement explicite / par apprentissage explicite), l’utilisation de la métacognition (pas de métacognition / métacognition). Les hypothèses reposent sur l’idée que ces 2 interventions auront des effets différents sur les fonctions cognitives testées, sur le plaisir des participants à suivre les entraînements, et sur leur qualité de vie par ailleurs. Il est à déterminer si nous incluons un groupe suivant une intervention sportive, étant donné que l’exercice physique est un facteur connu pour se protéger du vieillissement cognitif.

Ce projet est en collaboration avec La Fabrique à Neurones, une jeune entreprise qui propose des solutions issues des neurosciences cognitives pour mieux vivre et mieux vieillir. Il s’inscrit dans la continuité d’un projet entamé en 2018 et qui continue jusqu’en 2023.

Pour l’année 2020-21, nous recherchons un(e) ou deux étudiant(e)s volontaires et dynamiques. Il(s)/elle(s) devront participer au recrutement des participants volontaires, réaliser les passations expérimentales auprès de deux échantillons d’une vingtaine de personnes, dépouiller et analyser les résultats et rédiger un mémoire de recherche et le présenter en soutenance. Le stage réalisé au sein du LPNC sera gratifié.

Contact : Sophie.Portrat@univ-grenoble-alpes.fr

Contact à La Fabrique à Neurones marie.lafabriqueaneurones@gmail.com

=======================

Titre : Implication du contrôle cognitif dans la compréhension du langage oral

Co-Encadrantes :

- Marcela Perrone-Bertolotti, Maitre de conférences, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC), Université Grenoble Alpes

- Samuel El Bouzaïdi Tiali, Doctorant, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC), Université Grenoble Alpes

Résumé du sujet : Le control cognitif est proposé comme étant impliqué dans la compréhension du langage et notamment lorsque les conditions de compréhension sont plus complexes. Cependant, les résultats actuels de la littérature en neuroimagerie ont seulement évalué des chevauchements fonctionnels entre des tâches langagières et de contrôle cognitif. Dans ce projet nous voulons proposer une tâche originale permettant de manière écologique d’évaluer la dynamique cérébrale lors du traitement du langage oral dans différents contextes de difficulté ainsi que l’implication du contrôle cognitif. Dans cette étude, nous nous intéressons à la dynamique cérébrale lors de la compréhension du langage dans différentes conditions de difficulté. Pour ce faire nous utilisons l’EEG intracrânien chez des patients avec une épilepsie pharmaco-restante, en collaboration avec le CHUGA.

Travail à réaliser par l’étudiant(e)

- Acquisition des données prospectif en collaboration avec CHUGA

- Analyses des données acquises

- Travail bibliographique

- Rédaction du mémoire de stage

Observations

- Cette étude a reçu les autorisations éthiques nécessaires pour débuter (avis favorable du Comité de Protection des Personnes).

Lieux du stage

- Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC)

- CHU Grenoble Alpes

Contacts

Marcela Perrone-Bertolotti (marcela.perrone-bertolotti@univ-grenoble-alpes.fr)

Samuel El Bouzaïdi-Tiali (samuel.el-bouzaidi-tiali@univ-grenoble-alpes.fr )

Merci de nous faire parvenir un CV ainsi qu’une lettre/mail de motivation.

===========================

MIAI@Grenoble Alpes Master 2 Research Scholarships

CALL FOR STUDENT’S APPLICATIONS. ACADEMIC YEAR 2020-2021

https://miai.univ-grenoble-alpes.fr/ongoing-calls/miai-grenoble-alpes-master-2-research-scholarships-836858.htm